Comment se faire enlever un tatouage ? | Institut Pasquier

    Être rappelé

      Demande d'informations

      Remplissez le formulaire en ligne pour prendre un rendez-vous ou pour obtenir des informations

      Blog de l'Institut
      Comment se faire enlever un tatouage ?

      Comment se faire enlever un tatouage ?

      Le principe d’un tatouage est simple : il consiste à injecter dans le derme des pigments, avec un dermographe, pour qu’ils y soient « emprisonnés » de manière permanente. Et c’est bien ce côté permanent qui pose problème quand on souhaite parfois enlever son tatouage. Comment détatouer sa peau, sans que cela se voit ?

      Alors qu’environ un français sur cinq est tatoué, dont 1/3 chez les 18-35 ans, c’est une question qui se pose de plus en plus souvent.

      Pourquoi enlever un tatouage définitivement ?

      Très souvent, le premier tatouage est effectué avant 35 ans. Pire, beaucoup se précipitent chez le tatoueur dès leur majorité.

      Mais ce qui était un rêve quelques années plus tôt, peut vite devenir un stigmate qu’on cherche à effacer quelques années plus tard.  C’est ainsi qu’un tatoué sur trois regretterait son geste selon la Société Française de Dermatologie.

      Enlever un tatouage raté

      Très souvent, on idéalise son tatouage avant de le réaliser, en s’inspirant parfois de vedettes ou de stars vues en photo.

      Il arrive alors que le rendu esthétique ne soit pas à la hauteur des attentes.

      Si la reprise du dessin n’est pas possible, la seule solution est parfois d’effacer le tatouage. De manière générale, il faut toutefois attendre que les pigments soient stabilisés, au risque de réveiller sinon l’inflammation.

      Supprimer un tatouage pour marquer une page qui se tourne

      Le cas le plus fréquent pour un détatouage reste de loin le changement de vie : détatouer prend alors la valeur symbolique d’un moment qui se termine, notamment sur le plan affectif.

      Que ce soit pour un mariage ou pour trouver un emploi, l’envie est de trouver une solution de détatouage rapide, sans traces, indolore et efficace.

      Détatouer un dessin qui vieillit mal

      Comme la peau, un tatouage va aussi vieillir, et parfois au même rythme que la peau. C’est tout particulièrement vrai sur une peau fine comme celle du décolleté, où un beau tatouage peut être vite altéré par une peau fripée, un sillon cutané ou des taches solaires qui le recouvrent partiellement.

      Il arrive aussi que les pigments vieillissent mal et que la repigmentation par un tatoueur soit difficile : c’est le cas notamment des tatouages permanents amateurs.

      Pourquoi le détatouage dépend du type de tatouage ?

      Toute la difficulté à enlever un tatouage va dépendre d’abord de sa nature : plus il est étendu, plus il associe différentes couleurs, plus il est complexe à détatouer.

      De manière générale, il est plus facile d’enlever un tatouage monochrome noir, ou un tatouage amateur. Inversement, le détatouage est très complexe sur des coloris comme le jaune ou le blanc.

      Le détatouage va être aussi compliqué par la pigmentation naturelle de la peau, qu’il ne faut pas détruire au risque de laisser une trace peut-être indélébile. C’est pourquoi le détatouage des peaux noires ou ethniques est souvent plus complexe. Par exemple, un laser YAG Q-Switched est idéal sur les pigments rouges, mais il s’avère en revanche délétère sur la mélanine des peaux foncées.

      C’est pourquoi le détatouage doit toujours être fait par un médecin esthétique spécialiste, maîtrisant l’art du détatouage et disposant d’une technologie de dernière génération.

      Cette expertise en détatouage n’empêche toutefois pas une part d’inconnu.

      Pour les tatouages polychromes, il est toujours très difficile d’apprécier le nombre de séances de laser, ou le rendu final. Un pigment comme le vert par exemple peut résulter d’un mélange infini de combinaisons tinctoriales, qu’on ne peut connaître en amont. C’est pourquoi le traitement de détatouage est souvent affiné au fur à mesure des résultats.

      Quelles sont les méthodes pour effacer un tatouage efficacement ? 

      Le choix de la technique de détatouage dépend donc à la fois du motif et du patient.

      Le re-tatouage : recouvrir avec un nouveau tatouage

      Le re-tatouage semble la solution de facilité pour supprimer un ancien tatouage en le masquant par un nouveau, qui devra forcément être plus grand et plus foncé… et globalement plus visible. 

      C’est donc une solution rarement retenue, surtout que de nombreux tatoueurs rechignent à ce qui ressemble plus à un ravalement qu’un beau tatouage artistique.

      La chirurgie de détatouage : greffe ou plastie

      La chirurgie semble la solution théorique idéale, sauf qu’elle se heurte à différents obstacles, au premier rang desquels la taille du tatouage et la profondeur des pigments. 

      Il ne faut pas en effet que cette chirurgie esthétique se transforme en chirurgie lourde, avec greffe de peau ou plastie par lambeau.

      Elle est donc inenvisageable sur des tatouages étendus, ou sur des zones fragiles comme le décolleté, la cheville, ou le poignet.

      Elle peut s’envisager sur de petits tatouages, dans des parties du corps peu visibles et sans risque cicatriciel majeur, comme la peau des fesses.

      Le laser, solution de détatouage idéale

      En réalité, le laser pigmentaire s’est imposé ces dernières années comme la solution de détatouage, sans chirurgie ni anesthésie.

      Le laser Q-Switch Nanoseconde, développé il y a une vingtaine d’années, a toutefois montré ses limites : il n’efface pas tous les tatouages et il nécessite de nombreuses séquences. Dans certains cas, il laisse une trace sous forme d’image fantôme. 

      Avec un temps de tir réduit de 1000 fois, le laser Q-Switch Picoseconde a transformé la donne : il permet de délivrer une puissance bien plus forte, sans risques pour la peau. Il traite un spectre de couleur bien plus large, avec par exemple le bleu, le turquoise ou le vert. Ce tir très précis, sur des longueurs d’onde données, va faire que le pigment absorbe une très grande quantité d’énergie qui le fractionne et le micronise. Plus ces fractions sont infimes, plus leur « nettoyage » par les macrophages tissulaires sera parfait, sans halo ni marque résiduelle.

      Le laser Picosure est un laser picoseconde de dernière génération, se présentant comme une solution de choix pour effectuer un détatouage optimal, net, précis, rapide, indolore, sans risques de cicatrices ou de brûlures.

      En diminuant l’intervalle entre les séances de 8 à 6 semaines, le laser pigmentaire pico  permet de gagner 25% de temps sur un protocole complet… autorisant à profiter plus rapidement de sa nouvelle peau, nette et sans tatouage.

      Ecrire un Commentaire